Pour sa saison 2018/19, l'OJIF rend hommage à la Pologne à travers quatre compositeurs polonais des deux derniers siècles.​

Pourquoi ?

 

Il y a 100 ans, la Pologne retrouve enfin son indépendance et ses frontières grâce à celui qu'elle prendra bientôt comme premier ministre, le pianiste et compositeur patriote Ignacy Paderewski. La saison 18/19 en Pologne marque aussi le 30e anniversaire de la Troisième République, libre et démocratique.

En ces temps où les démocraties européennes sont questionnées, l'OJIF a souhaité rendre hommage à la grande Pologne, nation de science, de culture et d'histoire.

Dans le cadre du programme Niepodległa du Ministère polonais de la culture et du patrimoine national. Et en partenariat avec l'Institut Polonais de Paris.

UN PROGRAMME HOMMAGE

QUATRE PORTRAITS

Alexandre Tansman (1897-1986) : Tombeau de Chopin

Frédéric Chopin (1819-1849) : concerto pour piano n°2

Wojciech Kilar (1932-2013) : Orawa

Witold Lutosławski (1913-1994) : concerto pour orchestre

Quatre compositeurs, quatre portraits : celui de Frédéric Chopin d’abord, par Alexandre Tansman, franco-polonais lui aussi, de près d’un siècle son cadet ; puis par lui-même, sous les doigts de Nathanaël Gouin sur un superbe Pleyel de 1892. Vous les avez d'ailleurs peut-être entendus tous les deux aux Victoires de la musique : Nathanaël dans le concerto pour quatre claviers de Bach, et ce piano sous les doigts de Nicholas Angelich ! 

Wojciech Kilar, ensuite, dont on connaît parfois moins le nom que les nombreuses musiques de films qu’il a offertes à Polanski, Coppola, Wajda, Gray… Witold Lutosławski, enfin, qui a parcouru le XXe siècle, et ses évolutions musicales, de son regard sonore et lumineux.

Pour ce concert, l'OJIF est heureux de jouer aux côtés d'un des jeunes pianistes les plus prometteurs de sa génération.

 

En concerto, Nathanaël cultive un répertoire large et curieux, ce qui lui a déjà valu des collaborations stimulantes : le Philharmonique de Liège, avec lequel il a enregistré un disque, Les Siècles, le New Japan Philharmonic, l’ONDIF, le Brussels Philharmonic, le Sinfonia Varsovia... Il a également eu le bonheur de côtoyer de grands interprètes comme Jean-Claude Pennetier, Gary Hoffman ou José Van Dam. Après sa résidence la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, il est devenu un soliste et un chambriste recherché, se produisant à la Philharmonie de Paris, à la Seine Musicale et à la nouvelle Scala de Paris, au Bozar de Bruxelles, à La Roque d’Anthéron, aux Rencontres Musicales d'Evian, à Piano aux Jacobins…

Paru chez Mirare en 2017, son premier album en récital, Liszt Macabre, a suscité un grand enthousiasme, et notamment un Choc de Classica.

NATHANAËL GOUIN

LES INFOS

Dimanche 7 avril 2019, 17h

CRR de Paris (14 rue de Madrid, Paris VIII)

Durée : 2h

Concert avec entracte.

 

Tarif : 20€ (10€ pour étudiants, -26 ans, chômeurs)

Réservation obligatoire, pas de vente sur place.

 

Concert réalisé en partenariat avec l'Institut Polonais de Paris, et dans le cadre des célébrations du centenaire du retour de la Pologne à l’indépendance et de la reconstruction de son statut d’État.

  • Black Facebook Icon
  • Noir Icône Instagram
  • Black YouTube Icon
  • Black Twitter Icon